Expérimentation française

Avec la pandémie de Coronavirus, les écoles ont été fermées, beaucoup d'associations ont dû arrêter leurs activités. Pour s'adapter à des conditions exceptionnelles,  les écoles comme les associations ont développé des activités à distance- classes virtuelles pour les écoles et activités/missions virtuelles pour les associations.

Dans cet esprit, l'expérimentation du CLASS a dû s'adapter à des circonstances exceptionnelles en proposant à une classe de collégiens, dans le cadre de leur stage obligatoire de 3ème (Découverte du monde professionnel) de les former à une mission précise: "Campagne de sensibilisation sur la désinformation" pour qu'ils puissent à leur tour intervenir, à titre bénévole, auprès de leurs camarades pour les sensibiliser à la désinformation.

Le bénévolat virtuel existe depuis plusieurs années en France, avec des plateformes qui permettent de mettre en relation des bénévoles avec des associations pour des missions ponctuelles. Ainsi la plateforme "Tous bénévoles", créée en 2000 permet à des bénévoles, sur tout le territoire, de trouver des missions auprès d'associations. Depuis cette année, la plateforme, qui a fusionné avec Espace bénévolat (qui proposait une mise en relation virtuelle depuis plusieurs années) propose des missions virtuelles ; elle a également développé un site qui ne s'adresse qu'aux jeunes.

PLateforme "tous bénévoles" - https://www.tousbenevoles.org/

Plateforme pour les jeunes - https://www.jeuneetbenevole.org/
 
En partenariat avec l'Institut Saint Pierre de Brunoy (Essonne), l'équipe de l'iriv propose une expérimentation du projet Class qui se déroulera du lundi 3 au vendredi 7 mai 2021.  Des collégiens en classe de 3ème seront formés pendant leur semaine de stage à la désinformation pour pouvoir à leur tour sensibiliser leurs camarades à cette thématique qui peut avoir des conséquences très négatives sur leur réussite scolaire (décrochage, dépression, ...) ; les menaces d'intimidation ou de cyberharcèlement se sont développées en particulier auprès des jeunes qui doivent être prévenus.

 
Le programme de formation combine un travail plus théorique le matin en travaillant sur les notions, les mécanismes à l’œuvre, les expériences personnelles des jeunes et des cas pratiques ; avec des travaux pratiques l’après-midi, en sous-groupes : les jeunes étant chargés de concevoir des supports pédagogiques pour monter une campagne de sensibilisation à la désinformation auprès de leurs camarades. Le programme de formation comprend 5 sessions

  1.  session 1- notions clés- travail à partir d’un glossaire de termes comme désinformation, infodemics, fake news, cybercitoyens, scoops, podcats, buzz …
    focus sur un métier: journaliste

  2.  session 2-  cas très concrets de cyberintimidation et cyberharcèlement sur Internet (vidéo de l’UNESCO et ONU)
    focus sur un métier : avocat

  3.  session 3- moyens de débusquer les fausses images, fausses vidéos et fausses informations à partir de cas très pratiques (site Radio France, CLEMI...)
    focus sur un métier: community manager

  4.  session 4- principaux thèmes de théories dangereuses pour les enfants et adolescents (vidéos Cité des Sciences et de l’Industrie)
    focus sur un métier: cybergendarme

  5.  session 5 moyens de lutter concrètement contre la désinformation-  exemples de campagne proposés (site Ministère de l’Education, des associations, des médias …)
    focus sur un métier: animateur radio

 De manière transversale, tout au long de la semaine, chaque groupe de jeunes réalise une vidéo, un diaporama,  un poster ou un weblog …avec une mise à contribution de leurs professeurs (français, arts plastiques…) les après—midis avec l’aide de leurs professeurs référents.  A la fin de la semaine, le groupe d’élèves, stagiaires à l’iriv, pourra expliquer les différents thèmes abordés, avec  les supports qu’ils ont réalisés à leurs camarades.

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire